Café des Amoïches

Publié le

par Adriana

Qui étaient jadis les "amoïches" et qu'en reste-t-il ? Qui sont vraiment les amoiches aujourd'hui ? Sommes-nous tous et toutes un peu amoïches ici ou ailleurs ?

On pourrait dire beaucoup de choses au sujet de cette tribu étrange, on pourrait même douter de son existence. Nous allons le faire ensemble. C'est bien plus intéressant de partager.

Voilà pourquoi ce Café est organisé à Zinal le 6 octobre à 20h à l'Hôtel de la Poste. 

    

LES AMOÏCHES

 

Programme spécial – Témoignages en liberté

 

Le mot patois « amoïches » désignait autrefois des vaches étrangères à la vallée qui ne jouissaient pas du même statut que les vaches anniviardes. A l’intérieur de la vallée, l’amoïche pouvait aussi désigner la vache venue d’un village voisin.

 

Par extension du franco-patois, les amoïches ont désigné des épouses étrangères à la vallée, mariées à des Anniviards et traitées différemment que les « vraies anniviardes ». A l’intérieur de la vallée, il pouvait aussi y avoir des situations d’amoïches d’un village à l’autre.

 

Depuis quelques années, les amoïches-femmes ont augmenté en nombre, pris des responsabilités et revendiqué le même statut que les citoyennes de l’endroit… même si cette évolution n’est pas reconnue partout et par tous.

 

Afin que tous les Anniviards, femmes et hommes, aient la même liberté d’expression et dans l’intérêt général de toute la vallée, nous organisons 

 

 

Le premier Café des Amoïches d’Anniviers

 

le jeudi 6 octobre 2011 à 20h

à l’Hôtel de la Poste à Zinal

 

animé par Bernard Crettaz

 

 

Entrée libre. Invitation à toutes les citoyennes et à tous les citoyens d’Anniviers.

 

Organisation et renseignements :    

Myriam Bonnard                             027 475 20 45

Adriana Tenda Claude                     027 475 49 60

 

P.S. Le Café des Amoïches sera précédé d’un exposé scientifique sur la situation complexe des amoïches-vaches aux temps de l’agriculture traditionnelle et le transfert de leur situation aux amoïches-femmes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article