Le Tri-marrant et les 3R - Réduire - Réutiliser - Recycler

par Adriana

Evelyne peut souffler... avec la satisfaction d'un parcours accompli pleinement au sein de la formation organisée par le WWF, "Conséils et communication en environnement". Son groupe de projet, où elle a pu mettre a contribution idéaux et compétences, a choisi pour le travail de diplôme le thème des déchets. En partant du constat "le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas", le groupe a travaillé sur le Tri-marrant et les 3R.

Les 3R : Réduire - Réutiliser - Recycler

La poubelle a le blues ! Une montagne toujours plus imposante de déchets nous envahit, il est temps de réagir !


En adoptant des réflexes dans notre quotidien : la réduction à la source, le réemploi et le recyclage, nous agissons directement sur la préservation de nos ressources et sur la protection de notre environnement avec des gains économiques et sociaux.

Les 3R de la consommation responsable :

Réduire
...le plus important des 3R. En réduisant à la source le "déchet" n'est pas produit.
Réutiliser ...consiste à donner une nouvelle vie aux produits, en les réutilisant sous une autre forme ou en les "ressourçant".
Recycler ... permet de transformer les déchets en nouvelles ressources et d'économiser de l'énergie.

Ma poubelle est au régime !

Pour découvrir trucs et astuces cliquez ici

Pour voir le film : http://uk.youtube.com/watch?v=KU9GyEpgC0k

 

Le projet du Tri-marrant a le mérite de susciter la réflexion tout en présentant des solutions simples et efficaces. La mise en place des solutions est possible si la prise de conscience est accompagnée par une volonté s'exprimant par des actes concrets au quotidien.

Sur plus vaste échelle le projet s'inscrit en une période où les ordures sont à la une avec "la tragédie des déchets de Naples", 100.000 tonnes jonchant les rues depuis la fin de l'année à cause de la saturation des décharges de la région. Si le problème de Naples peut paraître aberrant dans des pays qui fort heureusement ne connaissent pas l'état d'urgence de la Campanie, dû au dysfonctionnement chronique des centres de traitement et à la gestion anarchique des ordures, il met néanmoins le doigt sur les enjeux économiques liés au traitement des déchets, que l'on trouve aussi ailleurs. Les ordures de Naples, au détriment d'une région magnifique, ont peut-être le mérite de stimuler le débat autour des poubelles visibles, mais aussi de celles invisibles, les plus dangereuses (déchets toxiques, chimiques, nucléaires) qui font l'objet de transactions commerciales sur la planète entière.

Ici au Val d'Anniviers le projet suscite la question suivante : pourquoi ne met-on pas à disposition des bennes pour l'alu et le plastique en plus de celles pour le papier et le verre ? 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :